Note du 17 septembre 1939 de V. Molotov à W. Grzybowski


Note du 17 septembre 1939  
de V. Molotov, commissaire du peuple aux Affaires étrangères,
à W. Grzybowski,ambassadeur de Pologne à Moscou


Monsieur l'ambassadeur,

La guerre germano-polonaise a montré l'incapacité intérieure de l'Etat polonais. Au cours de dix jours d'opérations militaires, la Pologne a perdu tous ses rayons industriels et ses centres culturels. Varsovie, en tant que capitale de la Pologne, n'existe plus. Le gouvernement polonais s'est effondré et ne manifeste aucun indice de vie. Cela signifie que l'Etat polonais et son gouvernement ont, de fait, cessé d'exister. Par cela même, les traités conclus entre l'U.R.S.S. et la Pologne ont perdu leur valeur. Abandonnée à son propre sort et privée de ses dirigeants, la Pologne est devenue un champ d'action facile pour toutes sortes d'attaques et de surprises susceptibles de devenir une menace pour l'U.R.S.S. C'est pourquoi ayant observé la neutralité jusqu'à présent, le gouvernement soviétique ne peut plus rester neutre en présence de ces faits.

Le gouvernement soviétique ne peut pas non plus rester indifférent alors que ses frères de sang Ukrainiens et Blancs-Russiens, habitant le territoire de la Pologne, abandonnés à leur sort, sont restés sans défense. 

Prenant cette situation en considération, le gouvernement soviétique a donné des instructions au commandement suprême de l'Armée rouge d'ordonner aux troupes de franchir la frontière et de prendre sous leur protection, la vie et les biens de la population de l'Ukraine et de la Russie-Blanche occidentales.

Dans le même temps, le gouvernement soviétique a l'intention de faire tous ses efforts pour libérer le peuple polonais de la malheureuse guerre où l'ont jeté ses insensés dirigeants et pour lui donner la possibilité de vivre d'une vie paisible.

Recevez, monsieur l'ambassadeur...

Le 17 septembre à 3 h du matin, le vice-commissaire du peuple aux Affaires étrangères de l'URSS, V. Potemkine, convoque l'ambassadeur de Pologne à Moscou, W. Grzybowski, pour lui donner lecture d'une note de son gouvernement signé de V. Molotov. Cette note, qui sera envoyée en copie aux missions diplomatiques présentes en URSS, justifie en trois points l'intervention soviétique en Pologne : 
1) effondrement de l'Etat polonais pour écarter toute accusation d'agression de l'URSS contre la Pologne.
2) protection des populations Blancs-russes et Ukrainiennes qui écarte toute critique de collusion avec l'Allemagne nazie. Le gouvernement soviétique a toutefois renoncé à l'argument des populations Blancs-russes et Ukrainiennes menacées par l'avancée allemande suite aux échanges de télégrammes avec le gouvernement du IIIe Reich sur les justifications de l'intervention de l'URSS en Pologne.
3) libération du peuple polonais de la guerre déclenchée par... ses propres dirigeants pour illustrer la politique de Paix de l'Union soviétique.

Ajoutons que ce texte a été transmis à W. Grzybowski avec l'accord des allemands. En effet, le matin même à 2 heures, Staline a rencontré l'ambassadeur allemand à Moscou, Schulenburg, pour l'informer de l'entrée des troupes soviétiques en Pologne et lui lire le contenu de la note qui sera remise à l'ambassadeur polonais pour justifier cette intervention. Suite aux observations de Schulenburg, Staline a accepté de modifier immédiatement le texte obtenant ainsi son accord pour sa diffusion.

Au vu du contenu l'ambassadeur Grzybowski refuse d'accepter la note du gouvernement soviétique. Le gouvernement polonais installé à Kuty approuve le jour même la décision de son ambassadeur dans une Protestation solennelle qui condamne l'intervention soviétique.


Note du 17 septembre 1939
de V. Molotov, commissaire du peuple aux Affaires étrangères,
aux ambassadeurs et ministres des puissances 
ayant des relations diplomatiques avec l'U.R.S.S. 

Monsieur l'ambassadeur, 

En vous adressant la note ci-incluse du gouvernement de l'U.R.S.S. en date du 17 septembre, à l'ambassadeur polonais à Moscou, j'ai l'honneur de vous informer au nom du gouvernement que l'U.R.S.S. maintient sa politique de neutralité dans les relations entre l'U.R.S.S. et ... (suit le nom du pays) (1).

Recevez, monsieur l'ambassadeur. 

Le commissaire du peuple aux Affaires étrangères de l'U.R.S.S.,
V. MOLOTOV. 

(1) Ce texte a été envoyé aux représentants diplomatiques d'Allemagne, d'Italie, d'Iran, de Chine, du Japon, de Grande-Bretagne, de France, d'Afghanistan, des Etats-Unis, de Turquie, de Finlande, de Bulgarie, de Lettonie, de la République du peuple de Mongolie, du Danemark, d'Estonie, de Suède, de Grèce, de Belgique, de Roumanie, de la République du peuple de Touva, de Lituanie, de Norvège, de Hongrie.



Protestation solennelle du Gouvernement polonais
 du 17 septembre 1939

L'ambassadeur de Pologne à Moscou a refusé de recevoir la note soviétique qui lui fut remise aujourd'hui par le gouvernement soviétique.

Le gouvernement polonais a approuvé cette conduite de son ambassadeur, qui réclama ses passeports au gouvernement soviétique.

Le gouvernement polonais proteste solennellement contre la rupture unilatérale du pacte de non-agression par la Russie, ainsi que contre l'envahissement du territoire de la Pologne, qui fut entrepris au moment où toute la nation lutte, au prix de mille efforts, contre l'agresseur allemand.

Le gouvernement polonais proteste contre les motifs invoqués dans la note soviétique, car le gouvernement polonais exerce ses fonctions normalement et l'armée polonaise lutte avec succès contre l'ennemi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire