Appel du Général de Gaulle du 2 juillet 1940

Le 2 juillet 1940, le Général de Gaulle appelle les français à s'engager dans la Résistance en soulignant que "l'Ame de la France" est avec "ceux qui continuent le combat avec tous les moyens possibles, actifs ou passifs, avec ceux qui ne renoncent pas, avec ceux qui, un jour, seront présents à la Victoire".

Ajoutons que le Chef de la France Libre reprendra des éléments de cet appel dans une Déclaration filmée vers le 2 juillet 1940.


Document 1 :

Appel du Général de Gaulle
du 2 juillet 1940

DISCOURS
PRONONCE A LA RADIO DE LONDRES
 2 juillet 1940


Il y a aujourd'hui neuf jours que le Gouvernement qui fut à Bordeaux a signé la capitulation exigée par l'Allemagne.

Il y a sept jours que le même Gouvernement a signé la capitulation exigée par l'Italie.

Inutile d'énumérer de nouveau les conséquences affreuses de cette double capitulation. Mais il y en a une qu'un soldat a le devoir de souligner. Et je la souligne.

Cette conséquence, c'est la crise des consciences françaises.

Après l'effondrement moral du Commandement et du Gouvernement par l'action foudroyante de la force mécanique allemande, deux voies se sont ouvertes.

L'une était la voie de l'abandon et du désespoir. C'est celle qu'a choisie le Gouvernement de Bordeaux. Rompant l'engagement qui liait la France à ses Alliés, ce gouvernement s'est, suivant le mot de Tacite, « rué à la servitude ».

L'autre voie est celle de l'honneur et de l'espérance. C'est cette voie-là qu'ont choisie mes compagnons et moi-même.

Mais beaucoup de Français se trouvent déchirés entre les deux chemins. D'une part, l'appel des gouvernants tombés au pouvoir de l'ennemi - d'autre part, l'appel de la France qui crie vers la délivrance.

Ces bons Français, ces simples Français, ces Français qui font passer la France avant la cause de l'orgueil, de la terreur ou des intérêts, je les adjure de se demander ceci :

Jeanne d'Arc, Richelieu, Louis XIV, Carnot, Napoléon, Gambetta, Poincaré, Clemenceau, le maréchal Foch, auraient-ils jamais consenti à livrer les armes de la France à ses ennemis pour qu'ils puissent s'en servir contre ses Alliés ? Duquesne, Tourville, Suffren, Courbet, Guépratte, auraient-ils jamais consenti à mettre à la discrétion de l'ennemi une flotte française intacte ?

Dupleix, Montcalm, Bugeaud, le maréchal Lyautey, auraient-ils jamais consenti à évacuer, sans combattre, les points stratégiques de l'Empire, auraient-ils jamais supporté, sans même avoir livré combat, le contrôle de l'ennemi sur l'Empire ?

Que les bons Français se posent ces questions ! Ils comprendront aussitôt où est l'honneur, où est l'intérêt, où est le bon sens. Ils comprendront aussitôt où est l'âme de la France.

L'âme de la France ! Elle est avec ceux qui continuent le combat avec tous les moyens possibles, actifs ou passifs, avec ceux qui ne renoncent pas, avec ceux qui, un jour, seront présents à la Victoire.


Charles de Gaulle, 
Discours au Français,
Tome 1 1940-1941, 1944, pp. 22-23.


Document 2 :

Déclaration filmée du Général de Gaulle
(enregistrée vers le 2 juillet 1940)

La défaite française a été causée par la force mécanique, aérienne et terrestre de l'ennemi.

L’action foudroyante de cette force mécanique a amener l'effondrement du moral du commandement et du gouvernement. Devant cet effondrement, deux voies s'ouvraient :

L'une était celle de l’abandon et du désespoir. Elle menait à la capitulation. C’est celle qu’a choisie le gouvernement Pétain.

L'autre est celle de l’honneur et de l’espérance. C’est celle qu’ont choisie mes compagnons et moi.

Nous croyons que l’honneur des Français consiste à continuer la guerre aux côtés de leurs alliés et nous sommes résolus à le faire.

Nous espérons qu’un jour une force mécanique supérieure nous permettra d'avoir la victoire et de délivrer la patrie.
Dans un enregistrement filmé le Général de Gaulle fait une Déclaration dont le contenu correspond à l'Appel du 2 juillet 1940. Cette Déclaration filmée, qui au vu de son contenu a été enregistrée vers le 2 juillet 1940, est la première apparition du Général de Gaulle dans un document cinématographique depuis son arrivée à Londres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire