Pacte germano-soviétique du 23 août 1939


Pacte de non-agression 
entre l'URSS et l'Allemagne du 23 août 1939

Le gouvernement du Reich allemand et le gouvernement soviétique, guidés par le désir de consolider la paix entre l'Allemagne et l'U.R.S.S., et se fondant sur les prescriptions fondamentales du traité de neutralité de 1926, ont arrêté ce qui suit :

Article premier. Les deux parties contractantes s'engagent à s'abstenir entre elles de tout acte de violence, de toute action agressive et de toute agression, et cela aussi bien isolément qu'en liaison avec d'autres puissances;

Article 2. Au cas où l'une des deux parties contractantes serait l'objet d'un acte de guerre de la part d'une autre puissance, l'autre partie n'assistera, sous aucune forme, cette tierce puissance;

Article 3. Les gouvernements des deux parties contractantes resteront à l'avenir constamment en contact, par voie de consultation, pour s'informer réciproquement des questions touchant leurs intérêts communs;

Article 4. Aucune des deux parties contractantes ne participera à un groupement de puissances dirigé, directement ou indirectement, contre l'autre partie;

Article 5. Au cas où des différends ou des conflits surgiraient entre les deux parties sur des questions de telle ou telle nature, les deux parties apureraient ces différends ou ces conflits exclusivement par la voie d'un échange de vues amical, ou, si nécessaire, par des commissions d'arbitrage;

Article 6. Le présent traité est conclu pour une durée de dix ans avec cette stipulation que, si l'un des deux contractants ne le dénonce pas une année avant l'expiration de ce délai, la durée de la validité de ce traité sera considérée comme prolongée automatiquement pour une période de cinq ans;

Article 7. Le présent traité sera ratifié dans le plus bref délai possible. Les instruments de ratification seront échangés à Berlin. Le traité entre en vigueur dès le moment de sa signature..

Fait en deux exemplaires en russe et en allemand.

Moscou, le 23 août 1939.

Signé :

Pour le gouvernement allemand : RIBBENTROP.
Avec les pleins pouvoirs du gouvernement de l'URSS : MOLOTOV.
Dans la nuit du 23 au 24 août 1939 à Moscou, Joachim Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne, et Viatcheslav Molotov, commissaire du peuple aux Affaires étrangère de l'URSS, signent un Pacte de non-agression entre l'URSS et l'Allemagne.

Ce Pacte, qui garantit à l'Allemagne nazie de ne faire la guerre que sur un seul front en cas de conflit avec la France et l'Angleterre, est accompagné d'un Protocole secret qui définit les zones d'intérêts soviétique et allemande en Pologne et dans les Etats baltes (Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie). La ligne de démarcation des intérêts soviétiques et allemands en Pologne fera l'objet d'une clarification dans une convention signée le 28 août 1939 par V. Molotov et F. Schulenburg

Dans son discours prononcé le 31 août 1939 devant le Soviet Suprême, Viatcheslav Molotov, Chef du gouvernement soviétique et ministre des Affaires étrangères de l'URSS, justifie la signature du Pacte germano-soviétique :

"Le 23 août 1939, date à laquelle a été signé le pacte de non-agression soviéto-allemand, doit être considéré comme une date d'une grande portée historique. [...]
Le principal sens du pacte de non-agression soviéto-allemand réside dans le fait que deux des plus grands Etats d'Europe se sont mis d'accord pour mettre fin à l'animosité qui existait entre eux, pour éliminer tout danger de guerre et pour vivre en paix. [...]
L'Union soviétique en est venue à conclure un pacte avec l'Allemagne, sûre qu'elle était que la paix entre les peuples de l'Union soviétique et de l'Allemagne répond aux intérêts de tous les peuples, aux intérêts de la paix générale. Chaque sincère partisan de la paix en conviendra."

Le lendemain, le Chancelier Hitler fera de même dans son intervention devant le Reichstag :

"Je suis heureux de pouvoir ici, de cette place, vous communiquer un événement spécial. Vous savez que la Russie et l'Allemagne sont gouvernées par deux doctrines différentes. Seulement il y avait une question qu'il fallait éclaircir : l'Allemagne n'a point l'intention d'exporter sa doctrine, et dès l'instant où la Russie soviétique n'a pas l'intention d'exporter sa doctrine en Allemagne, je ne vois plus aucune raison pour que nous ne prenions pas de nouveau réciproquement position ! Nous nous rendons clairement compte de part et d'autre que toute lutte entre nos deux peuples ne pourrait porter profit qu'à d'autres. C'est pourquoi nous nous sommes résolus à conclure un pacte excluant entre nous, pour tout l'avenir, tout emploi de la violence, qui nous oblige à nous consulter dans certaines questions européennes, qui rend possible la collaboration économique et qui surtout garantit que les forces de ces deux grands Etats ne s'useront pas à s'entrechoquer.
Toute tentative de l'Occident pour y changer quelque chose échouera. Et je veux ici assurer une chose, c'est que cette décision politique marque un tournant énorme pour l'avenir et qu'elle est définitive. Je crois que tout le peuple allemand accueillera avec satisfaction cette attitude politique ! La Russie et l'Allemagne se sont combattues dans la guerre mondiale, et toutes deux en ont été, jusqu'à la fin, les victimes. Cela ne se renouvellera pas une seconde fois ! Le pacte de non-agression et de consultation, qui est entré en vigueur dès le jour de sa signature, a reçu hier, à Moscou et Berlin, la ratification suprême. A Moscou, ce pacte a été salué comme vous le saluez ici vous-mêmes.
Je puis souscrire mot pour mot au discours qu'a prononcé le commissaire du peuple Molotov [discours du 31 août 1939]."


Protocole additionnel secret
du 23 août 1939

A l'occasion de la signature d'un Pacte de non-agression entre le Reich allemand et l'URSS, les plénipotentiaires soussignés de l'une et l'autre partie ont discuté, au cours d'un échange de vues strictement confidentiel, des limites de leur zone d'influence respective en Europe de l'Est. Cet échange de vues a amené aux résultats suivants :

1. Dans le cas d'une réorganisation territoriale et politique des zones appartenant aux Etats baltes (Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie), la frontière septentrionale de la Lituanie devra constituer la limite des sphères d'influence de l'Allemagne et de l'URSS. En fonction de quoi, les droits de la Lituanie sur la zone de Vilna sont reconnus par les deux parties.

2. Dans le cas d'une réorganisation territoriale et politique des zones appartenant à l'Etat polonais, les sphères d'influence de l'Allemagne et de l'URSS seront délimitées approximativement par les fleuves Narew, Vistule et San.
La question de savoir si l'intérêt des deux parties rend souhaitable la conservation d'un Etat polonais indépendant, et celle des limites qui doivent être fixées à cet Etat pourront être déterminées seulement au cours des développements politiques ultérieurs .
En tout état de cause, les deux gouvernements régleront cette question par des accords à l'amiable.

3. Pour ce qui est du sud-est de l'Europe, la partie soviétique rappelle à l'attention ses prétentions sur la Bessarabie. La partie allemande déclare son désintéressement politique complet pour ce territoire.

4. Ce protocole sera considéré comme strictement secret par les deux parties.

Moscou, le 23 août 1939.

Signé :

Pour le gouvernement allemand : RIBBENTROP.
Avec les pleins pouvoirs du gouvernement de l'URSS : MOLOTOV.
Le Pacte germano-soviétique est accompagné d'un protocole secret qui fixe la ligne de démarcation des intérêts soviétiques et allemands tant dans les pays baltes qu'en Pologne. Dans les pays baltes cette ligne passe au nord de la Lituanie plaçant dans la sphère d'influence soviétique : l'Estonie, la Lettonie et la Finlande. En Pologne, elle est matérialisée par les fleuves Narew, Vistule et San.

Le protocole additionnel secret du 23 août 1939 sera modifié par une convention signée entre les deux parties le 28 août 1939.


Convention du 28 août 1939 modifiant
le Protocole additionnel secret du 23 août 1939

Dans le but de clarifier le premier paragraphe du point 2 du Protocole secret additionnel du 23 août 1939, ledit paragraphe doit être lu dans la version finale suivante, à savoir :

"2. Dans le cas d'une réorganisation territoriale et politique des zones appartenant à l'Etat polonais, les sphères d'influence de l'Allemagne et de l'URSS seront délimitées approximativement par les fleuves Pisa, Narew, Vistule et San."

Moscou, le 28 août 1939

Signé :

Pour le gouvernement allemand : F. W. Graf  v. d. Schulenburg
Avec les pleins pouvoirs du gouvernement de l'URSS : MOLOTOV.
Le 28 août 1939, Viatcheslav Molotov, ministre des Affaires étrangères de l'URSS, et Friedrich-Werner Graf von der Schulenburg, ambassadeur allemand à Moscou, signent une convention aux termes de laquelle le fleuve Pisa (Pisia) est intégré dans la ligne de démarcation des intérêts soviétiques et allemands en Pologne.

Cette ligne qui a été fixée dans le Protocole secret additionnel du 23 août 1939 est précisée dans son son tracé à la suite d'une demande du gouvernement soviétique à laquelle l'Allemagne a répondu favorablement. Désigné comme la ligne des 4 fleuves, le tracé définitif part de la frontière polono-allemande en suivant la Pisa (affluent du Narew), prend ensuite la direction du sud-ouest en suivant le Narew (affluent de la Vistule), puis continue à partir de la ville de Modlin le long de la Vistule, et enfin suit le San (affluent de la Vistule) jusqu'à la frontière polono-hongroise.

La ligne délimitant au final les zones d'intérêts soviétique et allemande en Pologne est représentée sur la carte suivante :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire